n°03 - Matriarchy - Kenya

Near Mount Kenya, 300 km north of Nairobi, Turkana and Samburu women gathered to found Tumai, a village prohibited to men, with the exception of male children until they reached adulthood around the age of 16. Officially created as a women’s association in 2001, this village was born from the difficulties met by many divorced wives, repudiated or beaten by their husbands. This community is so unique, a way of its own, where women have learned self-sufficiency: trade, sacred rituals ... including the tasks normally assigned to men, ranging from the construction of huts to hunting. All-important decisions are voted by majority vote. For example, they have banned the practice of excision. More recently, they were invited to Bukavu in South Kivu to share their village model with Congolese women victims of rape during the war.

...............................................................

Près du Mont Kenya à 300 km au nord de Nairobi, les femmes Samburu se sont regroupées pour fonder Tumai, un village interdit aux hommes, à l’exception des enfants mâles jusqu’à leur passage à l’âge adulte, vers 16 ans. Officiellement constitué en association de femmes en 2001, ce village est né des difficultés rencontrées par de nombreuses épouses divorcées, répudiées ou battues par leurs maris. Cette communauté si unique, où les femmes ont appris l’autosuffisance : commerce, rituels sacrés… y compris les tâches normalement attribuées aux hommes, allant de la construction des cases à la chasse. Toutes les décisions importantes sont votées à la majorité des voix. Elles ont par exemple interdit la pratique de l’excision. Plus récemment, elles ont été invitées à Bukavu dans le sud-Kivu, afin de partager leur model de village, auprès de femmes congolaises victimes de viols pendant la guerre.

n°04 - Matriarchy - Mexico

Juchitan, city of 10,000 inhabitants in the state of Oaxaca, where the mother of Frida Kahlo originates. Known for its vela (feasts) in honor of Saint-Vincent-Ferrier, the saint patron. The women of Juchitan have always enjoyed rare power and independence in a patriarchal society like Mexico. While Mexico is known for its machismo, in Juchitan, over the centuries, men and women have conquered well identified territories of autonomy. Women have their space: the trade, the organization of parties, the house - Men: agriculture and fishing. It is one of the few places in Mexico where the dialect of the Zapotec people is still spoken. A language preserved that allowed them to develop a remarkable feminine solidarity which is at the base of their matriarchal model. The name, the house, the inheritance go through the women and the birth of a girl is therefore a great rejoicing.

...............................................................

Juchitan, ville de 10 000 habitants dans l’état de Oaxaca, lieux d’origine de la mère de Frida Kahlo. Connut pour ses vela (fêtes) en l’honneur de Saint-Vincent-Ferrier, le saint patron des lieux. Depuis toujours, les femmes de Juchitan jouissent ici d’un pouvoir et d’une indépendance rare dans une société patriarcale comme celle du Mexique. Alors que le Mexique est réputé pour son machisme, à Juchitan, au fil des siècles, hommes et femmes ont conquis des territoires d’autonomie bien identifiés. Les femmes ont leur espace : le commerce, l’organisation des fêtes, la maison - Les hommes : l’agriculture et la pêche. C’est un des rares endroits au Mexique où l’on parle encore le dialecte du peuple Zapotèque. Une langue préservée qui leur a permis de développer une solidarité féminine remarquable qui est à la base de leur modèle matriarcale. Le nom, la maison, l’héritage passent par les femmes et la naissance d’une fille est donc une grande réjouissance.

n°05 - Matriarchy - United States, Navajo Nation

Since the discovery of important oil fields on the reserve, the Navajo Nation enjoys territorial independence from the United States. The social life of the tribe is arranged around women, according to a matrilineal system, in which titles, names and properties are transmitted by female lineage. Every year since 1952, the contest of Miss Navajo puts in competition a dozen young Navajo girls. They will appear in front of a jury that will question them about their knowledge on the Navajo people. Despite its name "miss", this contest rewards less the physical appearance than the anchoring in the Navajo culture and language. The number 4 is of almost divine importance in Navajo spirituality (4 directions, 4 colors, 4 seasons) which is based on the cult of nature, while following the rules of sacred harmony between Mother Earth and Father heaven. When a Navajo girl reaches the age of puberty, she has to go through a four-day ceremony called Kinaalda, which means the transformation of childhood into femininity. The ceremony is centered around the changing woman Navajo myth, the first woman on Earth to bear children.

...............................................................

Depuis la découverte d’importants gisements pétroliers au sein de la réserve, la Nation Navajo bénéficie d’une indépendance territoriale de la part des États-Unis. La vie sociale de la tribu est agencée autour des femmes, selon un système matrilinéaire, dans lequel titres, noms et propriétés sont transmis par lignage féminin. Tous les ans depuis 1952, le concours de Miss Navajo, met en concurrence une dizaine de jeunes filles navajo. Elles se présenteront devant un jury qui les questionnera sur leurs connaissances du peuple navajo. Malgré son appellation "miss", ce concours récompense moins l’apparence physique que l’ancrage dans la culture et la langue navajo. Le chiffre 4 est d’une importance quasi divine dans la spiritualité navajo (4 directions, 4 couleurs, 4 saisons) qui est fondée sur le culte de la nature, tout en suivant les règles de l’harmonie sacrée entre la Mère Terre et le Père ciel. Lorsqu’une fille Navajo atteint l’âge de la puberté, elle doit passer par une cérémonie de quatre jours appelée Kinaalda, qui signifie la transformation de l’enfance dans la féminité. On centre la cérémonie autour du mythe navajo de femme changeante, la première femme sur Terre qui a pu porter des enfants.