The soul of Ladakh (see text- pg.7 n°18)

Leh capital of Ladakh, 30 000 inhabitants, is the largest city in Ladakh, perched beween 3 500 and 7 000 m above sea level in the Indus Valley. From the old royal palace, one dominates the heart of the city, more and more marked by tourism, at least during the summer season.

La capitale du Ladakh Leh, 30 000 habitants, est la plus grande ville du Ladakh, perchée entre 3500 et 7000 m d’altitude dans la vallée de l’Indus. Depuis l’ancien palais royal, on domine le cœur de la cité, de plus en plus marquée par le tourisme, du moins en été.

In Leh in February during two days, during the procession of the gochak, the faithful walk 18 km and prostrate every two or three steps. Spread out on the ground, they protect their knees with a thick apron. At the end of the ritual (about twenty hours!): The promise to reach the ataraxie.

À Leh en février et pendant deux jours, lors de la procession du gochak, les fidèles parcourent 18 km en se prosternant tous les deux ou trois pas. Étendus à même le sol, ils se protègent les genoux avec un épais tablier. À l'issue du rituel (une vingtaine d'heures !) : la promesse d'atteindre l'ataraxie.

"Ma naam khadang. Nyampan semchand thamchad! " We offer ourselves to you. To help all living beings to emerge from suffering !

« Ma naam khadang. Nyampan semchand thamchad ! » Nous nous offrons à toi. Pour aider tous les êtres vivants à sortir de la souffrance !

This is the new Tibetan year. Annual Buddhist procession that blesses every form of life on the planet. The Buddhists devote themselves to prayers, strictly avoiding the consumption of flesh and alcohol.

C’est le nouvel an tibétain. Procession bouddhiste annuelle qui bénit toute forme de vie sur la planète. Les bouddhistes se consacrent aux prières, évitent strictement la consommation de chair et d'alcool.

Along the way, huge pots of rice and butter tea smoke, ready to satisfy the pilgrims. Indeed, the entire city and its inhabitants are with their priors.

Le long du parcours, d’immenses marmites de riz et de thé au beurre fument prêtes à rassasier les pèlerins. Car toute une ville, tout un peuple font corps avec leurs prieurs.

Village of Phyang, monk to become.

Village de Phyang, moine à en devenir.

The stove, heart of the home. Carpet on the ground, stove in the center of the room, butter tea pot ... This family's interior of the village of Phyang, is typical of the ladakhi home. This living room is the only one of the house to be heated.

Le poêle, coeur du foyer. Tapis au sol, poêle au centre de la pièce, marmite pour le thé au beurre… L’intérieur de cette famille du village de Phyang est typique des foyers ladakhis. Cette pièce de vie est la seule de la maison à être chauffée.

At an altitude of 3,600 meters, these schoolgirls play at the foot of one of the high places of Ladakh’s spirituality: the Thiksey Monastery, founded in the 15th century on a rocky hill just east of Leh, could be a replica of the Potala, symbol of Tibetan Buddhism, in Lhasa.

À 3 600 m d'altitude, ces écolières jouent ici au pied d'un des hauts lieux de la spiritualité du Ladakh : le monastère de Thiksey, fondé au XV ème siècle sur une colline rocheuse à l'est de Leh, la capitale, pourrait être une réplique du Potala, symbole du bouddhisme tibétain, à Lhassa.

The big Buddha Maitreya at Likir monastery, next to Saspol city, is 20 meters high. He filled himself with scrolls of Buddhist prayers and religious texts.

Le grand Bouddha Maitreya au monastère de Likir, à côté de la ville Saspol, mesure prêt de 20 m de hauteur. Il s'est rempli de rouleaux de prières bouddhistes et de textes religieux.

In Yangthang, a hundred people, this man enjoys a panoramic view of the Himalayan peaks. Suitable for reading sacred texts.

À Yangthang, une centaine d'habitants, cet homme jouit d'une vue panoramique sur les sommets himalayens. Propice à lecture de textes sacrés.

In Nyemo, west of Leh, the Zanskar rushes into the Indus, one of the three sacred rivers of India. During the long winter months, from November to May, the roads are impassable and it is impossible to refuel the region, isolated by its altitude and its very harsh climate (temperatures fall to -30 ° C).

À Nyemo, à l'ouest de Leh, le Zanskar vient se jeter dans l'Indus, l'un des trois fleuves sacrés de l'Inde. Pendant les longs mois d'hiver, de novembre à mai, les routes sont impraticables et il est alors impossible de ravitailler la région, isolée par son altitude et son climat très rude (les températures chutent jusqu'à -30°C).

A bride in turquoise. This couple poses in their kitchen, in Hemis Shukpachan village. For the photo, both dressed their wedding outfit worn on the day of their wedding. For the ceremonies, Ladakhi women wear on their heads this adornment of rather large size set with turquoise (in the foreground). The girls receive it from their mother at their wedding.

Une mariée en turquoise. Ces époux posent dans leur cuisine, dans le village de Hemis Shukpachan. Tous deux ont revêtu pour la photo la tenue du jour de leur mariage. Pour les cérémonies, les femmes ladakhis portent sur leur tête cette parure d’assez grande taille, sertie de turquoises (au premier plan). Les jeunes filles la reçoivent de leur mère lors de leurs noces.

Refinement is the smallest detail of this traditional outfit « goncha », worn by a Hemis Shukpachan merchant: a silver ornament adorned with turquoises and a purple woolen robe lined with silk.

Le raffinement est le moindre détail de cette tenue traditionnelle « goncha », portée par une commerçante de Hemis Shukpachan : une parure d'argent ornée de turquoises et une robe de laine pourpre doublée de soie.

Village Hemis Shukpachan, detail of wedding ornaments and any kind of ceremony.

Village Hemis Shukpachan, détail de parure de mariage et de toute sorte de cérémonie.

Return of the feast in the village of Gya. These two women in festive clothes return home after the oracle ceremony. Animist practices are still very present in Buddhist Ladakh.

Retour de fête dans le village de Gya. Ces deux femmes en habit de fête rentrent chez elles après la cérémonie des oracles. Les pratiques animistes sont encore très présentes au Ladakh bouddhiste.

It is rare to be able to photograph oracles, as here in Gya. During this ritual marked by animism, the monks, in a trance, deliver their predictions.

Il est rare de pouvoir photographier les oracles, comme ici à Gya. Lors de ce rituel empreint d'animisme, les moines, en transe, livrent leurs prédictions.

The village of Gya, one of the most beautiful villages in Ladakh. It is one of the last villages in which it is possible to find all the traditions of Ladakh still respected and transmitted from generation to generation. Meeting of the inhabitants (about 15 families only).

Le village de Gya, l’un des plus beaux villages du Ladakh. C’est l’un des derniers villages dans lequel il est possible de trouver toutes les traditions du Ladakh encore respectées et transmises de génération en génération. Rencontre des habitants (environ 15 familles seulement).

New home construction, less aesthetic but more "modern", although often far less well insulated than old habitats.

Nouvelle construction de maison, moins esthétique mais plus "moderne", même si souvent bien moins bien isolées que les anciennes bâtisses.

The Ladakhi offer this scarf to the guests or during various religious rituals.

Les Ladakhi offrent cette écharpe aux invités ou lors de rituels religieux divers.

Dha Village, 20 kilometers from the Pakistan border. Country of the Dardes-Aryans of Dah (Brogpa). The poverty of the houses contrasts with the pomp of traditional dress.

Village de Dha, à vingt kilomètres de la frontière du Pakistan. Pays des Dardes-Aryens de Dah (Brogpa). La pauvreté des maisons contraste avec le faste de la tenue traditionnelle.

They define themselves as Aryans, direct descendants of Alexander the Great and first inhabitants of Ladakh twenty centuries ago. This woman wears a lopka, which is a goat skin coat. Her head is decorated with flowers, traditional headdress, composed of embroideries, silver jewelry and coins.

Ils se définissent comme Aryens, descendants directs d’Alexandre le Grand et premiers habitants du Ladakh voilà vingt siècles. Cette femme porte la tenue traditionnelle lopka, ce manteau en peau de chèvre. Sa tête est ornée de fleurs, coiffe traditionnelle, composée de broderies, de bijoux d'argent et de pièces de monnaies.

"We marry only between members of the ethnic group. Our customs, like the refusal to consume any product of the cow, does not encourage us to crossbreeding. Our breed remains 99.5% pure. "

« Nous ne nous marions qu’entre membre de l’ethnie. Nos coutumes, comme le refus de consommer tout produit de la vache, ne nous incite pas au métissage. Notre race reste pure à 99,5%.»

Part of their community lives around Gilgit, Pakistan, but there are about 3,000 in Ladakh, divided into eight villages.

Une partie de leur communauté vit autour de Gilgit, au Pakistan, mais ils sont environ 3 000 au Ladakh, répartis dans huit villages.

Prayers in the Monastery in the village of Mulbek.

Prières au Monastère au village de Mulbek.

Portrait of a ladakhi woman wearing the ceremony ornament under a hat.

Portrait d'une femme ladakhi portant l'ornement de cérémonie sous un chapeau.